lundi 24 juillet 2017

L'amer tue

Tomber de haut.
Genèse de ma rencontre avec la matière.

"L'important c'est pas la chute mais l'atterrissage"- La Haine

La nuit apporte son lot d'heures creuses.
Ni noires ni blanches, le subconscient carbure à plus de cent.
Les paniques nocturnes s'emparent de cet espace.
Allant crescendo elles m'ont coupé le souffle.

Epuisée, privée de sommeil.
Des cauchemars dont on ne peut s'extirper, on se croit réveillée mais elles vous enchaînent à l'immobilité. Vous pensez hurler, aucun son ne parvient à émerger, vous ordonnez à votre corps de bouger mais il reste inerte et vous paniquez.

Asphyxiée, hagarde.
La phase de reprise avec la réalité vous laisse décalquer et écorcher.

Le "black dog" à la dent dure, nyctalope et rusé il vient te traquer là où les ombres et les fantômes sont ses guerriers, là où tu crois n'être lovée que dans les bras de Morphée.

Au matin le soleil apporte la chaleur de ses rayons dorés.


L'amer tue :






Détails : 






"Something wicked this way comes" - Herbaliser




jeudi 20 juillet 2017

La Vierge Rouge

"La femme écarlate attend là, comme une vierge rouge" - Taxi Girl, Seppuku

La Vierge Rouge
Série : 
Echanges cul-cul-culturels dans la région du 7ème ciel.

Un soir, à main levée, d'un trait j'ai dessiné les courbes de la dame cuivrée.
Les reliefs du fonds répondent au semi mat cuivré du personnage.

L'envie d'entendre "Paris" de Taxi Girl, 
La toile, le tube à vidéos m'a proposé d'autres titres, 
et je me suis laissée emporter par la re-découverte de leur unique album "Seppuku". 
Les synthés qui sentent l'alluminium, le souffle dans le filet tendu de voix de Daniel Darc.

Quatre années avant le 3ème sexe des Indochinois, Taxi Girl aborde l'homosexualité féminine.
Trois années avant la Madone une vierge côtoie la sexualité dans le texte d'une chanson.

Les pensées troubles de l'écorché vif Daniel Darc se déroulent tout au long du disque.
Seppuku la version "noble" de l'Hara-Kiri. 
La mort, la grande pas la petite, que se donne l'homme à l'aide d'un tanto. 
Celui qui s'ouvrait les veines en première partie des Talking Heads au Palace restera indéniablement la "Darc" side des tee-shirts fluos et du Sampa de Gotainer.
Précurseur dans l'encrage "aplat noir", il confiera à Yann de "Your Meat Is Mine" sa peau.
"Blackout tattoo", sur les bras avec le motif en défonce. 
Ironique quand on sait l'attrait que le chanteur avait pour les substances addictives.









Choisir un seul titre de Taxi Girl c'est se priver de tellement d'autres incontournables ... 
"Cette fille est une erreur", "Aussi belle qu'une balle", "Dites le fort", ... 




Je suis déja parti 



lundi 10 juillet 2017

Peekaboo

Au début il y a la fin.

Cette série d'échanges cul-cul-culturel dans la région du 7ème ciel, 
débute par une fin de non recevoir. 

Une découverte avec la matière, un besoin d'aspérités, de montrer tout ce qu'on veut cacher. 
Une gerbe acerbe, un défouloir. Un volcan, un geyser, une explosion de maux sans mot. 

L'abstrait peut laisser de marbre ou vous emporter, chacun peut y voir sa propre histoire. 
Certains diront c'est une "croute", peut-être .... mais n'est-ce pas là le synonyme d'un processus de cicatrisation ? 










Tainted Love "Marylin Manson". 





Il porte le prénom d'un personnage intemporel, il est trop jeune pour avoir écouté l'original, il chantait ça. 
Au fond de la mine il y a toujours des pépites.

lundi 3 juillet 2017

PQR

Petite partie de "Jambes en l'air"





Pas un canard sans nudité,
Pléthore de publicités exhibant une cuisse ou un téton,
Les articles de fond sur les bons coups incluant le petit manuel des meilleures positions,
côtoient les régimes de l'été à base de Gaspacho au gingembre.
Bobonne se doit d'être super bonne et pas conne.
Au boulot, aux fourneaux et au pagot.
Sur la toile les excités se dévoilent, 
en trois clics tu fais ton choix, 
et juste après un "sa va" qui te fait saigner de l'oeil droit, 
direct tu reçois son petit jésus qui n'a rien d'une icone pieuse.
La prose est miséreuse et laisse à penser qu'au bout de l'engin si dur soit-il 
c'est un mou du bulbe qui s'agite.

Cette série de peintures s'inspire :
des désirs, des plaisirs, des déceptions, des petites morts, des grands frissons, des retrouvailles, des sensations, de la nudité, de la sudation, des corps inertes ou en action, du matraquage de la sexualité, des obsessions contre les capitons, des plans cul et de la passion.


Echanges cul-cul-culturel dans la région du 7ème ciel*. 






Pour ceux qui manqueraient de vocabulaire : la délicieuse Colette Renard 






* Cette grossière généralité ne tient pas compte des exceptions, de celles qui font des vrais potos comme Amo le BFCoach, Desdoe, et ceux qui savent parler d'autre chose voire vous faire rigoler !